Migration massive : Mais qui finance ces ONG’s qui amènent autant de migrants illégaux en Europe ?

Union Européenne

Italie

Migration massive

ONG – NGO

Mais qui finance ces

ONG's qui amènent

autant de migrants

illégaux en Europe ?

++

 

++

Un bateau de l'ONG allemande "Jugend Rettet",

non signataire du code de conduite élaboré par

l'Italie pour les sauvetages de migrants, a été

bloqué à Lampedusa pour des "contrôles" par

les gardes-côtes italiens.

Selon les gardes-côtes, le navire a été escorté

vers Lampedusa, île au sud de la Sicile et au nord

de la Libye.

Le code de conduite a été accepté par quatre

ONG sur un total de neuf opérant dans cette

zone méditerranéenne.

Il s’agit de l’organisme Save The Children,

MOAS (une ONG basée à Malte), Pro-Activa

Open Arms (Espagne) et Sea-Ey  (Allemagne).

Depuis le début de l’année, près de 100 000

migrants ont débarqué sur les côtes italiennes.

Médecins sans Fontières aurait également refusé

de le signer l'accord !

Deux règles sont particulièrement contestées par

les non signataires.

D'une part, l'acceptation à bord de fonctionnaires

de la police judiciaire, enquêtant sur le trafic

d'êtres humains, "pour une période strictement

nécessaire".

D'autre part, l'interdiction de transférer les

personnes secourues à bord d'autres navires,

"sauf en cas de situation grave et de danger

imminent" et avec l'accord du commandement

des gardes-côtes italiens.

Une ONG portant secours à des migrants devra

donc en principe à l'avenir les amener jusqu'à

un port, impliquant des trajets plus longs,

des coûts de fonctionnement accrus et une

moindre présence.

Ce code en treize points élaboré par l'Italie

interdit aussi aux navires des ONG d'entrer

dans les eaux libyennes et de communiquer

avec les passeurs, y compris via toute forme

de signaux lumineux.

Il pourra aussi impliquer des contrôles

bureaucratiques plus poussés sur les

documents de navigation et le personnel

à bord.

Le ministère italien de l'Intérieur a prévenu

lundi dans un communiqué que seule l'adhésion

au code de conduite permettrait de faire partie

d'un système institutionnel de sauvetage en mer.

De fait, les non signataires en sont "écartés".

Depuis 2015, jusqu'à une douzaine de navires

humanitaires privés patrouillent au large de

la Libye.

Selon les gardes-côtes italiens, ils ont réalisé

26 % des opérations de secours en 2016 et

35 % cette année, aux côtés de navires italiens,

européens et commerciaux.

Des ONG sont supconnées de collaborer

édroitement avec les passeurs ….

Le "business" de trafic d'être humains sous

couverture d'association de sauvetage parait

énormement lucratif.

On se pose bien la question ….

Qui se porte garant et protecteur de ces

actions de passage parfaitement criminelles

et illégales ?

Et qui est derrière le financement de cette

invasion massive et parfaitement organisée ?

A suivre !

Vu sur

http://www.lepoint.fr/monde/migrants-une-premiere-ong-bloquee-en-mer-a-lampedusa-02-08-2017-2147531_24.php

et sur

http://www.lci.fr/international/video-migrants-l-italie-saisit-le-bateau-d-une-ong-2060471.html

ou sur

http://www.courrierinternational.com/article/italie-migrations-rome-arrete-un-bateau-dong-et-deploie-larmee

et encore sur

https://blogs.mediapart.fr/victorayoli/blog/040817/migrants-l-italie-excedee-saisit-le-navire-d-une-ong

ou encore sur

https://deutsche-wirtschafts-nachrichten.de/2017/08/04/italien-erhoeht-den-druck-auf-ngos-im-mittelmeer/

et sur

http://www.focus.de/politik/ausland/fluechtlingskrise-deutsches-fluechtlingsschiff-iuventa-beschlagnahmt_id_7436544.html

ou sur

https://francais.rt.com/international/41667-italie-durcit-ton-egard-ong-migrants

++

No votes yet.
Please wait...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Please leave these two fields as-is: